Vous avez été plusieurs à me questionner afin de savoir si la municipalité de Coudekerque-Branche avait mis, suite au mouvement des gilets jaunes et l’annonce du gouvernement, en place les cahiers de doléances.

Avec plus d’une dizaine de réunions publiques chaque année, le même nombre de permanences, des balades urbaines dans tous les quartiers, plus de 550 rendez-vous de Coudekerquois assurés en 2018 ou encore le Facebook live fort suivi, je crois être en mesure de mesurer les attentes et les préoccupations de mes concitoyens.

Il n’empêche que depuis les vacances de Noël, il y a bien un cahier de doléances disponibles au premier étage de l’Hôtel de ville et nous le remonterons au sommet de l’état.